Vous êtes ici : Accueil > Critiques

Critiques



Any Criss peint en se rappelant les premiers feux des matières naissantes. Sans détour, sans souci de réalisme, sans compromis, l'artiste oscille entre le trait et la couleur, dans les entrailles brûlantes de la peinture. La touche ressemble ici à une griffe, une strie, une signature dans la matière.

La peinture d'Any Criss apparaît très jeune comme une prouesse étonnante du geste, un jeu lyrique et une danse qui apporte à la nébuleuse du graphisme le témoignage d'un engagement physique total.

En refusant les effets décoratifs, en se libérant du motif, Any Criss libère le trait de son asservissement à la réalité flottante entre le regard et l'allégorie, entre l'explosion de la couleur et l'intuition de la forme, la toile dégage une vibration saisissante.

Entre abstraction et expression, entre mouvement et fiction, les toiles d'Any Criss organisent une danse de l'être. L'impression et la vision de cette dynamique ancrée dans le tableau participe d'une atmosphère prégnante et jaillissante comme si la peinture elle-même annonçait son propre devenir, en autant de directions que de virtualité. D'où cette sensation tenace de l'instant, de l'immédiateté faite couleur.

Le geste violent qui vient dynamiser l'espace de la toile n'annule ou ne termine rien : il existe pour mieux transcender la continuité du temps et tracer un enchaînement avec les œuvres suivantes.

La peinture donne à l'instant, au temps qui passe sa profondeur, son relief.
Cette présence obsédante du geste, par l'amplification du trait, sécurise, et esthétise le tableau.
Tendue et éblouie, exaltée, généreuse et entière, la peinture d'Any Criss réinvente l'écriture du signe et de la couleur.

T. Demoublus, 1992





Critique parue dans le livre de Dominique Stal:
"15 ans de peinture dans l'œuvre de 61 peintres ", 2000

L'Œuvre picturale d'Any Criss peut être qualifiée d'expressionnisme abstrait. Dans sa démarche, la rapidité de l'exécution est primordiale car elle permet à  l'imagination et à l'émotion d'intervenir dans le tableau. Afin de retrouver cette spontanéité lors du travail sur la toile, elle réalise de nombreuses maquettes préparatoires où elle tente de reproduire les compositions qu'elle imagine, travaillant la matière directement dans la pâte avec toute la liberté que permet l'ébauche. Sa créativité est ainsi canalisée et son effet testé en une ligne conductrice nullement réductrice. A l'observation, il apparaît que l'artiste cherche à  combiner un désir d'harmonie des formes et couleurs à  une recherche de rythme intrinsèque. Dans une œuvre abstraite, la sensibilité de l'auteur à  la couleur est essentielle dans l'expression finale du travail. La couleur n'est pas objective, car son effet dépend non seulement de la capacité de l'artiste à  la manier en touches courtes ou en aplats, en finesse ou en empâtements, à  en choisir les tonalités mais aussi de ce qu'elle suscite dans l'inconscient de chaque spectateur. Un rouge, par exemple, peut faire penser au sang et à  la mort ou bien au feu purificateur, à l'énergie. L'artiste joue sur cet infini de correspondances entre les couleurs et sur les émotions dégagées par leur réunion.

Si les tableaux d'Any Criss peuvent parfois sembler très différents dans leur forme extérieure, c'est que leur unité réside justement au-delà de l'apparence, dans la toute puissance accordée à  la couleur/pensée. Dans 'Mon Idéal', c'est la structure qui domine ainsi qu'une grande clarté dans les forces internes de la composition. Deux formes géométriques principales amènent la verticalité, l'une rouge et l'autre blanche, tandis que l'équilibre par l'horizontale est réintégrée par des traits noirs. L'œuvre est posée par un jeu de forts contrastes entre les formes, les couleurs et les directions. Dans 'Danse sur des Pointes', au contraire, tout repose sur la fluidité et l'élan vers le haut. La piste figurative indiquée par le titre n'est que le prétexte à une danse de coups de pinceau. Le geste pictural n'est pas ici freiné par les contours d'une forme, il se déploie dans toute la splendeur de l'énergie colorée.

Dominique Stal, 2000